Das Blaue Sofa Luxemburg feiert Premiere

Gesprächsrunde

L'évènement se déroule selon les mesures sanitaires en vigueurEn savoir plus

 

L'entreprise internationale de médias, de services et de formation Bertelsmann et la Bibliothèque nationale du Luxembourg (BnL) présenteront pour la première fois le format littéraire à succès "Das Blaue Sofa" (Le Sofa bleu) au Luxembourg. A l’occasion de cette première, quatre auteur.e.s primé.e.s du Luxembourg, d'Autriche et d'Allemagne se rendront à la Bibliothèque nationale le 13 juin 2022 : Julia Holbe, Samuel Hamen, Daniel Wisser et Jenny Erpenbeck. Les entretiens sur le "Sofa bleu" seront animés par Susanne Biedenkopf (ZDF), Michael Sahr (ZDF) ainsi que par le critique littéraire luxembourgeois Jérôme Jaminet (RTL).

Le Président du Directoire de Bertelsmann, Thomas Rabe, qui dirige également RTL Group, souligne : « Bertelsmann et le Luxembourg sont liés par un long partenariat basé sur la confiance. Le Grand-Duché n'est pas seulement le siège de RTL Group, nous y avons également implanté d'autres activités, comme l'entreprise Customer-Experience Majorel.

Avec le ‘Sofa bleu’, nous aimerions souligner que le Luxembourg est pour nous plus qu'un site économique. Nous nous considérons comme faisant partie de la société et souhaitons également nous engager ici sur le plan culturel. »

En plus de deux décennies, le "Das Blaue Sofa" (Le Sofa bleu) est devenu l'un des formats littéraires qui a le plus de succès dans l'espace germanophone. Le forum d'auteur.e.s commun de Bertelsmann, ZDF, Deutschlandfunk Kultur et 3sat est surtout lié aux grandes foires du livre de Francfort-sur-le-Main et de Leipzig. Jusqu'à présent, plus de 3 100 auteur.e.s ont pris place sur le sofa pour y présenter leurs tout derniers livres. Julia Holbe, Samuel Hamen, Daniel Wisser et Jenny Erpenbeck présenteront eux aussi leurs dernières ouvrages à la Bibliothèque nationale (en allemand). Dans leurs romans et récits, ils décrivent comment on vit dans leur pays respectif et quelles sont les pensées, les désirs, les espoirs, les certitudes, les peurs et les erreurs qui les préoccupent.

Julia Holbe, auteure de best-sellers et lectrice-éditrice à succès du Luxembourg, décrit dans "Boy meets Girl" des petits moments qui changent toute une vie. Elle retient surtout les moments magiques où les doutes et les peurs se transforment en espoir et où quelque chose de nouveau commence. Samuel Hamen dresse le portrait d'êtres vivants que l’on trouve, dans son pays natal, tout au plus dans les zoos : les "Quallen" (Méduses), ces étonnants "poumons des mers", sont pour lui les créatures les plus énigmatiques et, en même temps, les plus envoûtantes du règne animal. Les histoires de Daniel Wisser dans "Die erfundene Frau" (La femme inventée) traitent du plaisir et de la frustration dans l'amour, dont il ne reste parfois rien de plus qu'un chien mort dans un sac Louis Vuitton. Avec humour et humanité, il décrit comment ses personnages, en essayant de ne pas échouer, finissent toujours par échouer. Jenny Erpenbeck, « l'une des voix les plus puissantes de la littérature contemporaine germanophone » (NZZ, journal germanophone suisse), raconte dans "Kairos" l'histoire d'un couple d'amoureux mal assorti, à la frontière entre l'amour et le mensonge, le bonheur et la violence, la haine et l'espoir, sur fond de RDA (République Démocratique Allemande) en déclin en 1989.

Depuis des années, Bertelsmann s'engage de diverses manières dans le domaine culturel, tant au niveau national qu'international. Les activités "Culture@Bertelsmann" comprennent des expositions, des lectures publiques et des concerts, le format littéraire "Das Blaue Sofa" (Le Sofa bleu), mais aussi l'engagement pour la préservation du patrimoine culturel européen, comme par exemple les archives Ricordi de Milan, qui contiennent des documents originaux retraçant 200 ans d'histoire de l'opéra italien. En tant qu'entreprise ayant une longue histoire cinématographique, Bertelsmann s'engage en outre pour la restauration, la numérisation et la projection de films muets de toute première importance.

À propos des auteur.e.s :

Julia Holbe, née en 1969, est luxembourgeoise. Elle vit à Francfort-sur-le-Main et en Bretagne. Pendant vingt ans, elle a travaillé comme lectrice-éditrice de littérature internationale pour la maison d'édition S. Fischer. "Unsere glücklichen Tage" (Nos jours heureux) est son premier roman. La critique littéraire et animatrice Christine Westermann déclare à propos de son nouvel ouvrage "Boy meets Girl" : « C’est la vieille histoire de boymeets- girl, mais tellement mieux racontée. Plus surprenante et insouciante, légère et aérienne. ... On sent l'envie de vivre qui habite ce roman. »

Samuel Hamen, né en 1988 à Luxembourg-Ville, est écrivain, critique littéraire, notamment  pour la radio Deutschlandfunk et le site de l’hebdomadaire "Die Zeit", ZEIT Online. Il est aussi Président de l'association des écrivains luxembourgeois A:LL. Son premier roman "V wéi wreckt, w wéi Vitess" a paru en 2018 aux Éditions Guy Binsfeld. Samuel Hamen a été dernièrement récompensé par le Prix du livre luxembourgeois 2020 ainsi que par une bourse annuelle de la Kunststiftung Baden-Württemberg (Fondation de l’art du Bade-Wurtemberg). Son ouvrage "Quallen" (Méduses) a paru le 12 mai 2022.

Daniel Wisser, né en 1971 à Klagenfurt en Autriche, écrit de la prose, des poèmes et des textes de chansons. Il vit aujourd'hui à Vienne. En 2018, Daniel Wisser a reçu le Prix du livre autrichien et le Prix Johann Beer pour son roman "Königin der Berge" (Reine des montagnes). "Wir bleiben noch" (Nous restons encore) est le cinquième roman de Daniel Wisser. Sa collègue écrivaine Monika Helfer écrit à propos de son dernier roman "Die erfundene Frau" (La femme inventée) : « 'Die erfundene Frau' de Daniel Wisser est au-delà de son côté petit-bourgeois un roman à la fois décalé, loufoque et sincère. Daniel Wisser décrit ses couples avec une tendresse particulière par des phrases courtes. On ne les oublie pas, parfois ils sont même à côté de moi dans mon lit. »

Jenny Erpenbeck, née en 1967 à Berlin-Est, a fait ses débuts en 1999 avec la nouvelle "Geschichte vom alten Kind" (L’Enfant sans âge). De nombreuses publications ont suivi, dont des romans, des récits et des pièces de théâtre. Son roman "Aller Tage Abend" (Tout est perdu) a été plébiscité tant par par le public que par la critique et il a récompensé par de nombreux prix, notamment le Prix Joseph Breitbach et l'Independent Foreign Fiction Prize. Pour "Gehen, ging, gegangen" (Aller, allait, allé.e), elle a notamment reçu le Prix Thomas Mann. En 2017, Jenny Erpenbeck a remporté le Premio Strega Europeo et a été décorée de la Croix de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne. Le critique littéraire Denis Scheck déclare à propos du dernier livre de Jenny Erpenbeck, "Kairos" : « Un roman captivant sur le fait d’être livré.e à l'amour et sur le moment opportun dans la vie ». ("Lesenswert", ARD)

Dernière mise à jour